I AM BREAD – Journal de bord d’un bout de pain : Jour 2

Ce qui va suivre est le récit de mes incroyables aventures. De l’action, de l’émotion, du suspens, voici ce à quoi vous devez vous attendre en plongeant dans mon histoire. Je n’ai pas la pretention d’avoir une vie palpitante, cependant, croyez-moi, vous ne sortirez pas indemnes des péripéties qui vont suivres. Je suis un bout de pain, I AM BREAD.

Sans titre
Sans titre 2

JOUR 2 : Mardi – Salon

Me voilà revenu à la vie en plein milieu du salon. Celui-ci n’était pas très grand et très bien désordonné. A ce moment-là, je n’avais aucune idée de sur quoi ou dans quoi j’allais bien pouvoir griller mon corps savoureusement moelleux. Un rapide coup d’œil m’a fait comprendre que ce n’était pas un endroit où je pouvais espérer trouver un grille-pain.

Je commençai donc à me mouvoir, non sans casser comme à mon habitude ce qui se trouvait sur mon passage. Je vis une casserole sur la table avec du beurre à l’intérieur et je l’avoue, il me prit l’envie d’aller y jeter un œil.

Après m’être beurré la tartine je commençai à me diriger vers les appareils électriques. Ceux-ci étaient peut-être assez chauds pour me faire griller. Je m’élançai de la table jusqu’au canapé situé juste derrière. Il était doux et terriblement confortable et contrairement au sol de cette pièce, comme tous ceux de cette maison visiblement, je pouvais y rester sans porter atteinte à ma propreté. Malheureusement, je ne pouvais m’y attarder et repris ma route sans regarder derrière moi. Cependant, ce n’est pas parce que je ne regardais pas derrière moi que je voyais ce qu’il se passait devant moi. C’est ainsi que je me suis retrouvé coincé entre un mur et une étagère, dans l’incapacité de m’en dégager.

Une heure plus tard, j’aperçus du coin de l’œil un objet qui me semblait familier. C’était mon ami le skate ! Quelle joie ! Je trouvai donc la force pour me dégager de cet endroit et couru le rejoindre. M’en emparer s’était avéré plus dur que prévu, il n’était pas simplement posé par terre, comme lors de notre première rencontre, il était posé à la verticale contre un mur. J’ai tenté de m’accrocher à son sommet pour le faire tomber mais je ne faisais pas le poids. Après plusieurs minutes d’entêtement, il m’a semblé plus évident de le pousser pour le faire tomber plutôt que d’essayer de le tirer avec mon poids ridicule. Let’s go !

J’avais oublié que je ne pouvais pas tourner… finalement le skate se retrouva inutile. J’atteignis enfin la télé mais celle-ci n’était pas allumée et donc pas chaude. Peut-être que la chaleur d’une lampe pourrait suffire ? Il fallait que je rebrousse chemin, j’en avais aperçu une plus tôt. Tant d’efforts pour rien. La lampe n’était pas allumée… Cependant je perçus une poêle de là où j’étais. Ça ne peut être que ça.

« Allez ! Cuis-moi ! » Criai-je de toutes mes forces. Il n’y a pas de plaques en dessous de cette poêle, j’ai été naïf de croire qu’une poêle seule pouvait cuire quoi que ce soit ! « Mais qu’est-ce qu’il faut que je fasse ! » Le salut se trouvait peut-être dans cette lampe sur pied, son ampoule semblait allumée cette fois-ci. « Oui elle est chaude ! Je l’ai senti en la frôlant ! » Il fallait que je m’y colle maintenant, une face après l’autre. L’opération était périlleuse mais ça marchait. Je sentais mon corps griller petit à petit.

J’aurais mis cette salle à feu et à sang mais j’ai réussi !

Sans titre 3
Sans titre 4
Sans titre 5
Sans titre 6
Sans titre 7

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>